Type de photographie

La photographie est devenue populaire et est très utilisée. Il est donc normal que ses thèmes se soient multipliés. Le spectre des sujets de photographies est tel qu’une spécialisation est nécessaire pour les professionnels. Car si l’amateur prendra tous ces clichés avec l’appareil qu’il a sous la main le professionnel a besoin d’un matériel spécifique. Le type d’appareil, les filtres et objectifs ou les autres accessoires dépendront du sujet du professionnel.

Certains thèmes sont communs à d’autres arts depuis la création de la photographie alors que d’autres sont apparus avec l’évolution de cette technologie. Certains sujets sont présent dans la vie quotidienne alors que d’autres se font plus discrets. Mais tous apportent à l’art en lui-même.

Type photographie

La photographie de portait et ses attributs

Vous voulez savoir ce qui qualifie un bon portrait, le type le plus connu et pratiqué de photographie ? Cet article vous indiquera comment faire un beau cliché.

Le portrait est une des plus anciennes formes de représentation. Il existait déjà dans la peinture, le dessin ou même la sculpture lorsque la photographie a été inventée. Son but est de fixer l’image d’une personne à un moment donné, de manière plus ou moins réaliste. En effet cela peut être fait de manière à correspondre strictement à une réalité neutre, ou pour laisser transparaître une partie de la personnalité du modèle ou le contexte général. Cela peut engendrer une certaine mise en scène masquée ou non.

La photographie est censée être la forme d’art la plus fiable. Cependant de nos jours il est rare qu’une photographie représentant une personne importante ou connue n’apparaisse sans retouche, exception faite des clichés ayant pour but de donner une image négative.

 

Transformer les qualités et défaut visuel en un beau portrait

Lorsqu’un professionnel fait un portrait il doit donc veiller à donner une bonne image de la personne extérieurement et intérieurement. Ce caractère personnel jaillira facilement dans le regard ou la coupe de cheveux par exemple. C’est pourquoi les photographes comme les modèles font très attention au moindre petit détail.

Le photographe professionnel doit donc avoir des compétences techniques pour pouvoir se servir de diverses astuces pour camoufler ou mettre en avant certains aspects du visage. Son but est de rendre une belle image, peu importe les traits de la personne. Il doit aussi avoir un regard artistique pour pouvoir proposer un portrait original et présentant au mieux la personne photographiée.

Lorsque les photographes veulent se consacrer sur l’émotion et la symbolique d’un cliché ils passent souvent en mode noir et blanc. Cela permet d’accentuer les traits du modèle et donc son expression, et de ne pas avoir le regard dévié par certaines couleurs.

Il existe sur internet bon nombre de tutoriels pour s’essayer au genre si on espère un jour figurer parmi les grands portraitistes. 

Photo portrait

La photographie de nu, entre art et censure

La photographie de nu, ne voulant pas forcément dire pornographique ou même érotique, a d’abord eu un rôle important pour la science et les autres arts. Lisez la suite pour en savoir plus.

La naissance de la photographie de nu a suivi de près celle de l’appareil photo. Déjà très présent en dessin, sculpture et peinture le nu a toujours était une part importante de l’art. L’invention de la photo ouvrait donc de nouveaux horizons.

 

En effet le nu a d’abord été utilisé afin de pouvoir mieux étudier les proportions du corps humain. Les artistes pouvaient maintenant avoir des modèles fiables car réels sous la main. Ainsi 27 ans après l’invention de la photographie, 40% de la production photographique était pour des études. Le genre c’est peu à peu développé pour ensuite être considéré comme une forme d’art à part entière. On peut donc placer le nu artistique au même titre que le portrait ou la photographie animalière. Le nu étudie les courbes et les creux du corps humain, les teintes de la peau, l’harmonie du corps. Peu importe la beauté générale de la personne.

Ce type de photographie s’est bien sûr également tourné vers la pornographie avec non plus une représentation des corps comme fin mais pour déclencher l’envie.

Photographie nue

Le nu et la censure

La censure est une question épineuse touchant tout art et forme de communication. Cependant la photographie soulevait un problème particulier à cause de la réalité de ses images, incomparables aux illustrations et peintures existantes. De plus les photographies étaient très faciles à diffuser et cacher grâce à leur format.

La photographie de nu contemporaine est plus centrée sur l’érotisme et l’étude du corps que la pornographie, relayée à la vidéo.

 

On peut donc trouvé beaucoup de photographie, souvent en noir et blanc, représentant le corps féminin. Ce domaine est investi tant par des amateurs que par des professionnels. Ce type de cliché est donc reconnu pour son côté artistique, et a même son festival européen.

La photographie de mode, art ou commerce ?

 

La photographie de mode est quelque peu à part dans le monde de la photographie. Tout d’abord son sujet est non pas l’Homme, mais ce qui l’accompagne, des vêtements la plupart du temps. Ainsi à l’inverse du portrait le modèle ne devient que support. C’est pourquoi les modèles de mode sont aujourd’hui tous semblables, sans rien pour les démarquer les uns des autres. L’autre chose qui différencie ce type de photographie est le lien au commerce. D’une manière encore plus marquée que la photographie culinaire, la photographie de mode est faite pour la publicité et donc dans le but de vendre un produit. Après avoir bataillé contre l’illustration pour la faveur des magazines, la photographie de mode a complètement dominé la publicité et magazines féminins.

Photographie mode

Cela n’enlève bien sûr rien aux professionnels du métier, et le genre a aujourd’hui dépassé les frontières des magazines et affiches.

Au-delà des magazines de mode

La photographie de mode est très liée aux magazines de mode ou féminin, dans le but de toucher des cibles potentiels. Son rôle commercial est donc très important. Cependant le genre a su dépasser cela et apparaître ailleurs, dans un but purement graphique. Dès lors s’il n’y a plus une visée commerciale on peut voir la photographie de mode comme un art.

La photographie de mode est aujourd’hui reconnue comme un art, et certains professionnels sont passés à la postérité. Irving Penn ou Richard Avedon, pour ne citer qu’eux, ont su montrer la noblesse de la mode. Les photographes de mode sont désormais exposés dans les galeries, dans les magazines de photographie ou dans des expositions.

Comment devenir un photographe de mode professionnel ?

Le monde de la mode est très fermé et très dur, que ce soit pour les modèles, les stylistes, ou les photographes. Il est possible d’engager des modèles pour travailler seul et étudier le genre. Par contre travailler pour des magazines et couvrir de gros évènements (type Fashion Week) peut être très compliqué. Il y a peu de photographes car cet univers est très compétitif. De plus il faut être prêt à voyager sans arrêt et à investir tout son temps dans le travail. La mode étant très exigeante, le professionnel doit avoir une technique parfaite.

Les conditions sont évidemment avantageuses de base, que le shooting se passe dans un studio ou une galerie. Par contre il est possible que le placement ne soit pas idéal pour les défilés, au photographe de savoir se débrouiller. Il faut réussir à faire passer l’humain au second plan.

La photographie culinaire ou l’art de donner envie

Sur les sites de recettes, sur des affiches et maintenant dans des galeries. La photographie culinaire a des contraintes bien à part qu’il faut réussir à déjouer. Cet article vous donnera des pistes sur les choses à surveiller.

Le développement de la photographie culinaire

La publicité est partout. A la télévision, dans la rue sur des affiches et des pancartes, au cinéma ou même sur internet. Ces médias visuels ont sans cesse besoin de vanter les mérites d’un produit, et quel meilleur moyen pour ça qu’une belle photographie ? C’est donc tout naturellement que les domaines de la restauration et de l’agro-alimentaire ont décidé de mettre en avant leurs aliments de cette manière. La photographie culinaire est bien sûr également faite pour le plaisir du visuel, et dans des buts d’informations non industriels.

 

Le travail du photographe professionnel travaillant dans ce milieu est complexe. Avec l’augmentation du nombre de sites internet contenant des recettes de cuisine, beaucoup d’amateurs ont pu s’essayer à la photographie culinaire. Or la différence entre les travaux de professionnel et d’amateur se fait bien sûr immédiatement sentir.

Il existe aujourd’hui des expositions  consacrées à la photographie culinaire et une vraie reconnaissance du genre.

Les spécificités de la photographie culinaire

Ce type de cliché est très complexe. Le modèle est immobile et souvent petit, mais le travail n’en est pas moins aussi difficile qu’un portrait. Le photographe doit réussir à mettre en valeur différentes textures en même temps, ne réagissant donc pas pareil à la luminosité et autres paramètres. Il existe bien sûr différentes méthodes de travail, notamment sur ce site : http://www.marmiton.org/magazine/tendances-gourmandes_photographie-culinaire_1.aspx mais tout est à revoir à chaque aliment et matériel différent.

De plus la mise en scène est cruciale  pour ces sujets. Il ne faut pas oublier que la photographie culinaire ne doit pas reporter la réalité mais la rendre la plus attractive possible. Et c’est là la plus grande difficulté de la photographie culinaire. Le cliché doit engendrer un sentiment bien précis : l’envie. Pour cela il doit veiller à mettre de la couleur tout en restant sobre et instaurer une ambiance correspondant au plat. Le visuel doit être parfait et exprimer un message clair. Produit de luxe, bon pour la santé, énergisant, tout doit passer en une image.

 

Le photographe devra souvent passer beaucoup de temps en post-production pour corriger les défauts des aliments et les rendre plus attractif.

Photographe animalier, des connaissances en photographie mais pas seulement

La photographie animalière plait beaucoup au public mais nécessite des connaissances dépassant la photographie, et un matériel bien particulier. Ceci vous aidera à mieux comprendre ce métier.

La photographie animalière concerne tous les clichés ayant pour sujet des animaux, domestiques ou sauvages. Le métier de photographe animalier est très complexe car en plus d’avoir un talent et des connaissances en photographie il doit aussi tout savoir de l’animal qu’il compte photographier.

 

Le professionnel doit avoir une grande morale pour ne pas faillir à sa déontologie. Il ne doit pas intervenir, interagir avec les animaux ou influer sur leur vie. De plus une photo animalière ne doit pas être trafiquée. 

 

La photographie animalière est souvent très appréciée du grand public, et possède son lot de festivals, magazines, etc.

Photographie animaliere

Photographier un animal de compagnie

S’il s’agit d’un animal de compagnie il sera question de travailler avec son maître et d’écouter ses conseils. Tout comme les êtres humains chaque animal à son caractère, et il faudra peut-être ruser pour avoir le résultat voulu. Certains animaux ont un comportement « professionnel » (des chiens bien dressés souvent) mais d’autres pourront être stressés, craintifs ou juste pas motivés (si on peut dire). Si vous travaillez en intérieur n’oubliez pas d’avoir toutes les accommodations pour les animaux (eau, litière, nourriture, etc.) et de vérifier qu’il n’y a aucun câble à ronger, que les éclairages ne font pas trop de chaleur, etc. Établissez un contrat et des règles avec le propriétaire, comme si vous travailliez avec un modèle humain.

Un animal domestique permet d’effectuer les mêmes clichés plusieurs fois, et certains animaux se prêtent facilement au jeu. Cependant les photographies en studio pourront être compliqués pour les grosses bêtes, il faudra donc s’assurer d’avoir un espace convenable.

 

Photographier un animal sauvage

Les photographes animalier de bête sauvage doivent avoir une parfaite maîtrise de l’animal qu’il entend photographier pour pouvoir avoir les meilleurs clichés sans danger. Quand se reposent-ils, sont-ils agressifs, les mères sont-elles protectrices, etc. En plus de tout cela Le terrain, la météo et les autres espèces qu’il pourrait rencontrer sont eux-aussi à prendre en compte. Le matériel, la technique d’approche et la date de travail dépendra de tout ça. Le professionnel doit pouvoir se déplacer rapidement et silencieusement. Il doit avec des zooms, peut-être des camouflages et toutes sortes d’accessoires pour pouvoir travailler dans la nature.

 

Avoir un bon cliché pourra demander beaucoup de temps et de patience mais aussi de la chance. Une bonne photographie animalière est prise dans l’instant, après trente secondes d’attente comme deux ans.

Le photographe de guerre, un reporter comme les autres ?

Les reporters de guerre sont chargés de transmettre des images du front au grand public. Depuis quand cette pratique a-t-elle lieu et dans quel but ? Cet article tentera de vous renseigner sur ce sujet.

L’art pour représenter la violence

Photo guerre

Cela fait bien longtemps que l’homme représente les conflits humains dans ses arts visuels. Peu importe la culture et l’époque  la peinture a toujours représenté des guerres. Parfois en vantant son prestige, sa force et l’honneur de ses combattants, mais aussi en dénonçant son absurdité, sa violence et son horreur. On peut citer Guernica de Picasso ou encore le grand nombre de peinture de bataille. La sculpture, le dessin, le théâtre, il n’existe aucun art qui n’est jamais approché la guerre pour en donner sa vision. Aujourd’hui encore elle a une place de choix au cinéma ou dans les jeux vidéo.

 

En prenant peu à peu le rôle de la peinture, la photographie a évidemment hérité de la guerre. La rapidité du mécanisme et la pureté supposée des clichés censés représenter la réalité sans failles permettent à la photographie de guerre de se développer rapidement.

L’histoire de la photographie de guerre

L’historique de la photographie de guerre remonte très tôt. Sa première utilisation a lieu à l’occasion de la guerre de Crimée (1853-1856), alors que cette technologie venait d’avoir 16 ans. Ces clichés permettent de refléter ce qu’est la guerre dans son intégralité et non seulement quelques épisodes épiques romancés. On voit donc des moments d’attentes, de longues marches, des blessés se faisant soigner, etc. De plus les contraintes techniques de l’époque empêchaient les photographes de prendre des clichés du front par exemple. Après ça la photographie a accompagné la plupart des conflits.

Les gouvernements y ont vite vu une manière de faire passer leur propre message. Grâce à quelques consignes les clichés permettaient de rendre le rendu souhaité. On voit donc une mise en scène de la photographie afin de pousser les jeunes à s’engager.

Cependant la propagande ne concerne qu’une partie des photographies de guerre. Les clichés ont peu à peu montrés la violence des conflits avec des images dures. Les blessés, les cadavres, la destruction, tout ça été reporté aux civils grâce aux photographes. La plupart des photographes couvrant les guerres suivaient un régiment et prenait ses clichés au fil de l’avancée des troupes.

Certains clichés ont obtenus une grande valeur symbolique grâce au sens artistique du photographe et à ce qu’elles représentent. On peut penser à Raising the Flag on Iwo Jima de Joe Rosenthal qui est devenu un des symboles de l’armée américaine. Ce cliché montre l’espoir, le courage et a ténacité des soldats qui ont combattu durement pour enfin élever le symbole de leur nation. Mais il y a aussi des photographies comme celle de Nick Ut représentant une jeune fille nue brulée au napalm qui rappelle l’affreuseté des conflits armés.

Certains photographes regrettent d’ailleurs certaines images qui ont pesées énormément sur l’opinion publique, tel Eddie Adams et son cliché Saigon Execution. En effet une photographies étant souvent données sans contexte son interprétation peut facilement trompeuse.

Les photographies de guerre font aujourd’hui l’objet d’expositions et sont étudiés au même titre que les autres types de photographies. Ils sont eux-aussi reconnus pour leur talent et leur courage.

 

Il est cependant intéressant de noté l’apparition des reporters de guerre amateurs, envoyant des images du front par le biais de leur téléphone portable et des réseaux sociaux, évitant ainsi la censure.

Photographie de Paysage

Le type originel de la photographie

Point de vue du Gras. Sous ce nom se cache la première photographie, prise par Joseph Nicéphore Niépce. Ce cliché représente la vision qu’avait l’artiste depuis la fenêtre de son atelier. La première photographie de l’histoire est donc un paysage.

 

Ce type était déjà important en peinture, on peut aussi remarquer les longues descriptions de paysage dans la littérature. Tout cela montre l’intérêt de l’Homme pour le décor de sa vie. On en est venu à même utiliser le terme paysage pour un format de feuille.

La photographie de paysage est très répandue et reconnue comme un des types majeurs de cette technologie, et ce depuis son invention. Qu’il s’agisse de scènes naturelles ou urbaines elle a souvent un grand succès auprès du public.

Photographie paysage

 

Comment expliquer le succès du paysage ?

Les paysages impliquent une grande technicité car l’objectif ne rendra jamais le même visuel que l’œil humain. Les photographes professionnels doivent donc jongler avec les filtres, objectifs et réglages pour pouvoir reconstituer ce qu’ils voient devant eux le plus fidèlement possible. Cependant la technique n’est qu’une partie de la photographie du paysage. Le photographe lui-même doit être ouvert d’esprit car tout lieu peut avoir un intérêt visuel si on y prête attention. Il doit être patient, prêt à attendre l’heure ou la saison où le visuel sera parfait. Il est dépendant de la météo, de la luminosité et doit parfois faire face à des conditions de travail difficiles. Son matériel est quant à lui très spécifique à son sujet.

Si la photographie urbaine est toujours peu connue et moins développée par les professionnels, les paysages naturels rencontrent un fort succès. Ce type de photographies passionne le public dans ces jours où l’écologie se développe. Elles font voyager l’observateur, et peuvent inspirer des sentiments forts. Tristesse de la déforestation, puissance d’un volcan en irruption, liberté d’un ciel sans nuage, grandeur d’un océan.

 

De plus les nouvelles technologies permettent de faire de nouveaux clichés attrayants, en particulier des photographies « vu du ciel ». Popularisée par Yann Arthus Bertrand ces images montrent des terres souvent méconnues et leur beauté. Ces photographies montrent la beauté insoupçonnée de la terre, flagrante dès que l’on prend un peu de recul de notre vision habituelle.

Les paparazzis, la perversion de l’instantanéité ?

Souvent pointés du doigt pour leurs dérives, ces photographes bafouant les droits n’ont pour but que l’argent. Cet article vous indiquera leur méthode, et des exemples des scandales qu’elles ont causés.

Les origines des paparazzis et l’évolution du genre

Paparazzo était un photographe accompagnant le héros de La Dolce Vita (Federico Fellini). Mis au pluriel, ce nom italien donne paparazzi. Aujourd’hui un paparazzi désigne un photographe, souvent peu scrupuleux, qui gagne sa vie en prenant des clichés de célébrités sans leur consentement. Leur côté professionnel peut être remis en cause, remplaçant le talent par le culot.

 

Certains magazines se passionnent pour la vie privée de personnes plus ou moins connues. Ils utilisent donc ces photographes pour obtenir des clichés montrant les stars sous un mauvais jour ou pour pouvoir interpréter les images comme bon leur semble.

Les paparazzis sont à la limite de la légalité, et il arrive très souvent qu’ils franchissent la ligne. Ils se servent de stratagème pour espionner et si besoin est piéger leur cible. Ils se servent de zooms puissants, d’appareils rapides, de planques et certains n’hésitent pas à entrer dans des domiciles privés pour obtenir des clichés en exclusivités.

Cette notion de rapidité est très importante pour les paparazzis. Le premier à avoir une information gagnera le plus. C’est pourquoi ils suivent de près les célébrités. Ils veulent donc assister au scoop, en le provoquant s’il le faut.

Photo paparazzi

Les grands scandales en rapport avec les paparazzis

La mort de la Princesse Diana

Le 31 août 1997, la voiture de la princesse Diana s’écrasa dans le pont de l’Alma.  Elle, son petit ami et le conducteur moururent. Ils essayaient alors d’échapper à des paparazzis qui les poursuivaient. Plusieurs ont été jugés mais ont été innocentés car le chauffeur était sous l’emprise de l’alcool et des médicaments. Malgré cela beaucoup de gens pensent que les paparazzis ont été une cause de la mort de la princesse, en enclenchant la poursuite.

La duchesse de Cambridge topless

Catherine Elizabeth Middleton, épouse du prince William, prenait un bain de soleil dans une villa du sud.  Un paparazzi a alors pris une photo de la duchesse sein-nu. Cette photographie a été publiée dans les tabloïds Closer et Chi (italien). Le couple a porté plainte et a porté l’affaire au tribunal de grande instance. La photo volée a été interdite de toute diffusion, mais l’identité du photographe est toujours inconnue.

Cette affaire montre bien l’irrespect des paparazzis envers leurs cibles. Utilisant leur célébrité comme excuse pour harceler, espionner et prendre des photos volées.

La photographie de groupe pour resserrer les liens

Tout le monde a déjà fait partie d’une photographie scolaire ou de mariage. Il existe cependant un attrait autre que relationnel à ce type de photographie. Nous vous indiquons les différents rôles de la photographie de groupe.

Photo groupe

L’utilisation de la photographie de groupe remonte pratiquement à la création de la photographie. Elle a pour but de marquer un moment, comme le portrait, mais dans la collectivité. Cela peut servir à entretenir les relations d’un groupe ou à se souvenir d’un évènement important.

 

Plusieurs dispositions sont possibles pour montrer les liens des différents protagonistes, la hiérarchie ou au contraire son absence. Une véritable mise en scène peut alors être mise en place.

La photographie de groupe peut être utilisée en de diverses occasions.

La photographie scolaire, souvenir personnel et historique

La photographie de groupe est traditionnellement utilisée dans l’enseignement. La photographie scolaire, utilisée jusqu’à la Terminale, permet à l’élève d’avoir un souvenir d’une période importante de sa vie. De plus cela permet aux parents d’avoir un aperçu de l’environnement dans lequel leur enfant travaille, avec qui, etc. Si la mise en scène est souvent commune, on peut noter quelques fois des touches d’originalité apportées par le photographe professionnel ou par les élèves. La photographie scolaire a d’ailleurs un statut assez établi pour qu’elle soit légiférée.

Existant depuis la fin du 19è siècle elle a acquis une valeur historique. Elle permet de voir l’évolution du milieu scolaire à travers les vêtements, le placement des élèves, etc. On peut d’ailleurs noté que le professeur est très souvent parmi les élèves, les plaçant sur un seuil d’égalité. Il existe des livres et expositions consacrés à la photographie scolaire, la faisant donc dépasser le cadre de simple souvenir.

Autres occasions

La photographie de groupe peut illustrer un séminaire ou une réunion. Cela permet de clôturer des heures de discussions et désaccords par un travail en commun. Cela permet également de garder des traces de gens importants ou reconnus (comme à l’occasion du du congrès de Solvay de 1927) pour indiquer leur présence à l’évènement, c’est pourquoi chaque grande réunion politique se sert de photographie de groupe.

Les anniversaires, mariages et autres évènements importants dans une vie sont également susceptibles d’engendrer des photographies de groupe, comme souvenir d’un moment heureux passé avec des amis ou de la famille.

 

Les entreprises ont également commencé à faire des photographies de groupe, en particulier après des séminaires ou activités spéciales (diner, sorties, etc.). Cela fait partie d’un managérat ayant pour but de rapprocher les différents membres d’un groupe, en les faisant se sentir partie d’un tout.

Comment le sport et la photographie se conjuguent-ils ensemble ?

Du sport extrême aux jeux olympiques, la photographie a maintenant un rôle important dans le monde sportif. De la science aux magazines, nous tenterons de vous en apprendre plus sur ce vieux genre.

Le développement de la photographie de sport

a photographie a tout d’abord servi à des buts scientifiques. Cette nouvelle technologie permettait d’étudier les mouvements avec précision. Puis lorsque le phénomène s’est accentué et que les photographies ont commencés à remplacer les illustrations picturales, les photographies de sport à proprement parlé sont apparues. Cela a entraîné l’apparition de magazines sportifs et la mode des cartes à collectionner, représentant un sportif ou une équipe. Aujourd’hui des agences de presses sont consacrées aux prises de vue sportives.

 

Les photographies sportives faîtes par des professionnels du domaine servent généralement à représenter l’émotion et les ressentis  des sportifs ou du public. Même lorsque l’effet est surtout visuel le sport est montré pour sa beauté.

Une photographie sportive peut être faite pour la beauté de l’art mais également pour promouvoir un athlète ou sa discipline.

Photo sport

Les spécificités de la prise de vue sportive

Un matériel spécial

Une photographie de sport peut avoir un sujet statique, un plongeur prenant sa dernière respiration, un footballer se concentrant pour un penalty. Mais il s’agit souvent de capter un mouvement.

Pour réussir à avoir une belle image malgré le déplacement il peut être préférable d’avoir un matériel fait dans ce but bien précis.

L’appareil doit avoir une grande rapidité d’obturation afin de pouvoir prendre des photographies avec un temps d’exposition minimal. Heureusement de nos jours la plupart des appareils numériques proposent un mode fait spécialement pour le sport. Suivant la discipline il peut être intéressant de s’assurer de la robustesse de son appareil et de son étanchéité.

Il est possible de se servir de caméra comme la Gopro pour avoir des clichés en vue subjective, notamment pour les sports extrêmes.

Des connaissances variés

 

Tout comme le photographe animalier, le photographe sportif doit savoir où il met les pieds. Les connaissances des bases du sport lui permettront de bien se positionner. Et plus il connaitra les secrets d’une discipline voire d’un athlète et plus il sera apte à prendre de bonnes photographies. Pouvoir anticiper les grands moments photogéniques est en effet requis pour les photographes professionnels.

La photographie sous-marine au service de la science et des loisirs

Le développement de la technologie a permis aux photographes de prendre des clichés dans les profondeurs des étendues aquatiques. Que ce soit pour ramener des souvenirs de vacances ou pour prélever des données dans des buts scientifiques, cet article vous indiquera les grandes lignes de la photographie aquatique.

La photographie sous-marine, possible grâce aux avancées technologiques

Le monde sous-marin est encore aujourd’hui peu connu. Cependant les progrès de la technologie ont permis à l’homme de descendre de plus en plus profond dans l’eau, et la photographie et vidéo d’en ramener des souvenirs. Les fonds marins posent cependant plusieurs problèmes à la photographie. La pression tout d’abord, peut briser des mécanismes de l’appareil, et le sel les abîmer. De plus l’eau est connue pour entraîner une réfraction de la lumière pouvant déconcerter les amateurs. Enfin la profondeur engendre l’obscurité, et une perte des couleurs qui tendront vers le bleu.

Photo sous marine

ous ces problèmes ont cependant été réglées un par un, et il est maintenant possible de prendre des photographies sous-marines dans de très bonnes conditions moyennant un matériel adapté. Un caisson pour supporter la pression et rester stable et des filtres corrigeant les couleurs des profondeurs font souvent partie du matériel requis. Aujourd’hui le numérique permet d’avoir des appareils corrigeant eux-mêmes certains défauts visuels, et submersibles. De fait les amateurs comme les professionnels peuvent maintenant prendre des clichés de poissons et autres animaux marins sans problème. Cependant aller en profondeur demandera des vraies compétences de plongeurs pour pouvoir travailler en sécurité et en respect de la vie aquatique.

 

Les objectifs de la photographie aquatique

Débuté peu après l’invention de la photographie, la photographie sous-marine a sans cesse évolué. Allant des appareils argentiques jetables aux compacts bon marché, elle a connu un énorme bond en avant avec l’apparition du numérique. Elle est très répandue et peut répondre à plusieurs objectifs.

L’objectif le plus répandue de la photographie sous-marine est bien sûr pour le loisir. De nos jours tout le monde peut avoir un appareil capable d’aller quelques mètres sous l’eau salé pour prendre ses clichés. Les photographies ne seront pas de la meilleure qualité et il faudra faire attention à ne pas dépasser les limite de l’engin. Cependant cela suffit bien souvent aux vacanciers souhaitant simplement prendre des souvenirs de leurs bains de mer. Les personnes voulant s’initier ou se perfectionner devront posséder un matériel plus spécialisé, et pourront suivre les différents tutoriels et conseils trouvables sur internet (comme ici : http://www.photomasub.com/index.html).

La photographie sous-marine a bien sûr des rôles beaucoup plus sérieux. Les scientifiques, en particulier les biologistes, s’en servent pour recueillir des données et étudier les fonds marins. Elle permet de recenser les êtres vivants à certains lieux et certaines profondeurs et à relever l’évolution d’écosystèmes entiers. Ces professionnels se servent de matériel avancés pour pouvoir avoir le rendu le plus réaliste possible sans déranger la faune.

 

La photographie sous-marine peut aussi être mise en relation avec la photographie animalière. En plus de la connaissance de la photographie et des animaux susceptibles de se trouver sur notre chemin, il faut également être un très bon plongeur et savoir déjouer toutes les complexités du milieu aquatique.

Comment la photographie aérienne s’est-elle développée grâce au militaire ? 

D’abord utilisée depuis des ballons, ce genre est passé entre les mains de drones sans pilotes et autre avions. Nous vous  présenterons l’évolution du genre aérien et les différents buts qui lui sont maintenant donnés.

L’évolution de la photographie aérienne

Le premier cliché pris des airs est l’œuvre du célèbre photographe Nadar depuis un ballon. Les photographes se sont en effet tout d’abord servis de cerfs-volants, dirigeables et ballons pour pouvoir prendre des photographies à vue d’oiseaux. Très rapidement le domaine militaire a vu l’intérêt de prendre ainsi des clichés de vastes étendues de façon précise et entrepris d’améliorer ce système. Dès la Première Guerre Mondiale sont apparus les ballons d’observation et les aéroplanes. Cela permettait de voir l’avancée des troupes ennemies, leurs effectifs, et d’étudier le terrain avant de préparer des manœuvres. L’époque était aux tâtonnements, dont un impliquant des pigeons-voyageurs. La Seconde Guerre Mondiale a également fortement participé au développement de la photographie aérienne. La photographie spatiale naitra peu après.

 

Les grandes avancées technologiques ont permis des clichés de grandes qualités, et des appareils automatiques. De plus le genre peut maintenant être indépendant des divers systèmes de vol type ballon ou avion grâce à l’invention des drones contrôlés à distance. De fait la notion même de photographe peut parfois disparaitre suite à l’automatisation du procédé.

Photo aerienne

La photographie aérienne aujourd’hui

Aujourd’hui la photographie aérienne sert plusieurs objectifs.

La photographie aérienne peut être accomplie sous forme de loisir à condition d’avoir un véhicule permettant de prendre les airs. Ainsi hormis les passagers d’avions de lignes ce genre de photographie n’est pas facilement accessible à cause du matériel qu’il requiert. Ainsi la plupart des agences proposant ce type de service sont spécialisés.

Elle peut être prise d’un point de vue artistique. La photographie aérienne permet d’avoir une nouvelle approche du paysage, et d’une manière propre à la photographie. Des photographes tels que Yann Arthus-Bertrand ont popularisé le genre en proposant des clichés d’une grande beauté visuelle et transmettant des valeurs, d’écologies notamment (apprenez-en plus ici).

La photographie aérienne est beaucoup utilisée en cartographie et en géologie afin d’étudier les terrains. Cela permet de faire des cartes, de planifier des travaux d’urbanisme, d’étudier l’évolution d’un lieu  et même d’aider les archéologues à trouver des sites intéressants.

 

Le domaine du militaire et du renseignement utilise toujours autant la photographie, souvent à base de drone. Cela permet de faire des repérages ou même d’espionner de façon indétectable. 

 

 

 

 

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire