Test Fujifilm X-E3

Fujifilm x e3 014282b441cb5f10 450 400source (https://www.lesnumeriques.com/reflex-hybride/fujifilm-x-e3-p40805/test.html)

Le Fujifilm X-E3 succède au X-E2 et profite d'une mise à jour intéressante. Il reprend le capteur APS-C X-Trans de 24,3 Mpx des X-T20 et X-Pro 2, ainsi que leur module AF 325 points et leur processeur X-Processeur Pro, et leur apporte le Wi-Fi ou encore la définition 4K/UHD, le tout dans un châssis au format plus compact et au design plus minimaliste.

Présentation

L'hybride Fujifilm X-E3 a été annoncé au prix indicatif de 899 € nu, à 1 299 € avec le XF 18-55 mm que nous avons testé ou à 1 199 € avec le XF 23 mm f/2 R WR. Il fait face aux Sony Alpha 6300 et Canon EOS M6, dont les caractéristiques et le prix de vente sont similaires.

Prise en mains

Le Fujifilm X-E3 fait peau neuve. Plus minimaliste, il se modernise sans pour autant délaisser l'esthétique rétro propre à la marque, complétée par une excellente qualité de fabrication. L'écran a été déporté sur la gauche. Trois touches principales et un petit joystick sont localisés à sa droite. Deux touches de raccourci viennent compléter l'ensemble. Le trèfle de sélection présent sur le X-E2 a disparu pour laisser place à un grip texturé plus large. C'est certes plus pratique pour maintenir fermement l'appareil, mais nous regrettons le trèfle qui, selon nous, facilite l'accès à certains réglages ou la navigation au sein des menus. C'est une nouvelle habitude à prendre.

Fujifilm x e3 014282b441cb5f10 450 400Pour accéder aux modes PASM, il faut jouer avec les molettes physiques situées sur le capot de l'appareil (molette d'obturation) et la bague d'ouverture présente sur l'objectif (si celui-ci est manuel). Les hybrides Fujifilm proposent une prise en main similaire à celle des vieux appareils argentiques. Si vous êtes un habitué de la marque, vous ne serez pas perdus. En revanche, si c'est nouveau pour vous, là encore, c'est un coup de main à prendre avant de manier aisément l'appareil.

Fujifiml x e3 2 w800

Le X-E3 n'embarque toujours pas d'écran orientable, contrairement au X-T20, mais un écran tactile monopoint — on peut donc sélectionner la zone de mise au point du bout des doigts — de 1 040 000 points. Nous aurions aimé pouvoir naviguer rapidement dans tous les menus de la même manière. Les touches de raccourci Q et Drive facilitent l'accès aux réglages principaux (balance des blancs, ISO, taille image, etc). Le viseur Oled d'environ 2,36 millions de points est quant à lui bien défini et lumineux, plutôt agréable à utiliser, mais un peu trop étroit.

En ce qui concerne la prise en main, nous retiendrons donc du X-E3 sa nouvelle robe rétro, son excellente qualité de fabrication et ses molettes manuelles. Un véritable écran tactile multipoint et orientable aurait toutefois permis de marquer sa différence vis-à-vis de ses aînés. C'est en tout cas une bonne alternative au X-T20, si vous souhaitez un APN hybride plus compact.

Réactivité

Le X-E3 embarque un nouveau module AF 325 points, couplé au processeur X-Processeur Pro que l'on retrouve sur tous les récents modèles de la série X. Les progrès par rapport au X-E2 sont remarquables. En effet, l'hybride gagne en réactivité sur tous les plans. L'allumage n'est pas particulièrement rapide, mais l'autofocus réagit deux à trois fois plus vite, que ce soit au grand-angle, en basse lumière ou au téléobjectif. La latence entre deux vues n'est pas aussi impressionnante qu'avec un X-Pro 2 ou un X-T20, mais elle reste contenue. Nous avons certes dû nous y reprendre à deux fois et recourir à une carte plus puissante et plus rapide pour finalement apprécier la succession des prises de vue  — ce qui lui vaut ces 4 étoiles —, mais la progression est évidente par rapport au X-E2 (1,12 seconde d'attente en JPG pour le X-E2, contre 0,33 seconde avec le X-E3). La rafale, enfin, est excellente : elle atteint jusqu'à 8,6 i/s en JPG et 8,66 i/s en RAW + JPG.

Qualité des images

Nous le disions, le X-E3 embarque le même capteur APS-C X Trans CMOS III de 24 Mpx couplé au processeur X-Processeur Pro que les X-T2, X-T20 et X-Pro 2 — un couple qui a fait ses preuves.

La montée ISO du X-E3 a été réalisée avec le 18-55 mm XF R LM OIS, que nous trouvons décevant. Cet objectif manque de précision et de finesse et nous savons qu'avec une autre optique, il sera possible de mieux profiter de l'habituel croustillant des images générées par ce duo. Néanmoins, même du côté de la montée ISO, nous restons un peu sur notre faim. Habituellement, il est possible de shooter aisément en JPG jusqu'à 6 400 ISO, voire 12 800 ISO ; ici, le capteur faiblit dès 800 ISO, et l'on constate une baisse significative du détail et l'apparition du lissage à 1 600 ISO. Lissage que nous n'observons pas chez ses aînés, qui lui préfèrent d'ordinaire le bruit électronique.

Face à la concurrence nous faisons le même constat : le X-E3 est un cran en dessous. Le Sony Alpha 6300 grimpe aisément jusqu'à 6 400 ISO et le Canon EOS M6 le talonne de peu, offrant un affichage des détails plus fins jusqu'à 1 600 ISO. Quitte à choisir, en restant chez Fujifilm et pour un prix similaire, le X-T20 se révèle beaucoup plus convaincant sur ce point.

Points forts

  • Qualité de fabrication.
  • Compacité de l'appareil.
  • Réglages manuels.
  • Vidéo 4K/UHD.
  • AF réactif

Points faibles

  • Pas d'écran orientable et tactile multipoint.
  • Objectif du kit décevant.

Conclusion

Note globale

Le Fujifilm X-E3 est un hybride alléchant, compact, très bien fini et rétro. Sa fiche technique promettait de belles performances, au moins à la hauteur du X-T20. Pourtant, quelques points nous laissent sur notre faim, dont l'autofocus de l'appareil et l'optique de ce kit, qui manque de précision. Avec un autre objectif, le X-E3 séduira les photographes qui apprécient les réglages manuels, et souhaitent s'équiper d'un hybride compact à capteur APS-C et viseur.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire