Réflexions & photographie

Reflexions

Dans cette nouvelle publication (tous les mercredis ) nous allons aborder des sujets moins connus et plus obtus de certaines technique de photographies plus proche d'une certaine philosophie de l'art photographique qu'une véritable technique. (sources : http://phototheoria.ch/reflexions/).

Gillstephen b52 2 bestbeforeend 2013

PHOTOGRAPHIE EXPÉRIMENTALE

On peut donc tenter de définir la photographie expérimentale comme un acte délibéré de refus critique des règles de l’apparatus de production photographique, par lequel des photographes remettent en question un ou plusieurs des paramètres établis du processus photographique.
Les photographies ainsi obtenues ne prétendent donc pas être des représentations fidèles du réel, mais plutôt des témoignages du processus photographique lui-même, de l’essence même de la photographie.
Marc Lenot

Source : Marce Lenot, « Jouer contre les appareils : pour une définition de la photographie expérimentale », in CHALLINE, Éléonore, MEIZEL, Laureline, POIVERT, Michel, éds.,  » L’expérience photographique « , Histo.Art, n°6, Paris, Publications de la Sorbonne, juin 2014, p.23-39
En ligne : academia.edu

Image : Stephen Gill, B52 #2, de la série Best Before End, 2013, tirage pigmentaire sur papier Canson Platine Fibre Rag 310 g, 78.6×60.8 cm

Ruff thomas zycles 7044 2008 impression jet dencre sur toile 306x236 cm

DÉCONSTRUIRE LA PHOTOGRAPHIE

« Abstrait ou pas abstrait, ce qui m’importe est de faire en sorte que la photographie génère une réflexion sur le médium. […] Toute ma vie j’ai déconstruit la photographie et je n’en ai toujours pas percé le mystère. »
Jan Dibbets

Source : La Boîte de Pandore. Une autre photographie par Jan Dibbets, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, Paris Musées, 2016, p.19 et p.22

Image : Thomas Ruff, Zycles 7044, 2008, impression jet d’encre sur toile, 306×236 cm © Thomas Ruff und ESO / ADAGP, Paris, 2016

Christof klute bella vista copenhagen 2010 arne jacobsen triptyque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTOGRAPHIER DES IDÉES

Comment photographier des idées? Il me semble que cette question m’accompagne depuis toujours ; elle pourrait servir de titre à mon œuvre. Les idées n’ont pas de réalité objective, mais elles existent bel et bien dans notre esprit. Lorsqu’on prend une photo, il faut chercher un lien entre le monde des idées et le monde réel. Les idées se manifestent dans la réalité à des endroits particuliers, que j’essaie d’identifier.

C’est cela qui explique l’intérêt que je porte à certains lieux : des paysages qui ont vu naître des manuscrits importants, écrits par des philosophes tels que Spinoza, Rousseau ou Wittgenstein, mais encore des lieux de spiritualité, des églises et des monastères, par exemple. L’architecture peut elle aussi représenter des idées. L’architecture contemporaine, en particulier, reflète la possibilité de la cohabitation humaine. Dans ce contexte, j’ai réalisé une série de photos sur Le Corbusier, Terragni, Niemeyer et d’autres.

Quelles sont, pour vous, les qualités spécifiques du médium photographique par rapport aux autres outils de l’art?

Je crois qu’il existe un lien ontologique entre le lieu et l’image photographique. Mon travail en tant qu’artiste consiste pour ainsi dire à en chercher la trace. Chacun de mes projets autour d’un lieu, d’un bâtiment ou d’un paysage qui sont en lien avec une idée particulière commence par une phase d’exploration. Je visite le site à plusieurs reprises, je m’y promène, j’y séjourne, jusqu’à ce que je ressente le « génie du lieu » – son aura, si vous préférez. Pour cela, je l’observe sous plusieurs éclairages, je me concentre sur les détails et j’essaie plusieurs points de vue. Je recherche une certaine poésie de l’espace et de la lumière.
Christof Klute

Source : Interview de Christof Klute, à l’occasion de l’exposition Le ciel devant soi. Photographie et architecture religieuse, Musée International de la Réforme, Genève, 29.4. – 25.10.2015, lien

Image : Christof Klute, Sans titre (Bella Vista, Arne Jacobsen, 1934), Copenhague, 2010, triptyque, 3x90x60 cm

Hilliard john 1 2 3 2004 giclee iris print 91x120 cm 1024x960 1

 

 

 

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire