Dossier 2 : Les objectifs photo

Comment choisir un objectif photo pour son reflex ou hybride ? (toutes marques : Canon, Nikon, Sony, Lumix, Tamron, Sigma, …)

Dans ce dossier nous allons explorer la jungle du marché des objectis photo car oui c'est compliqué de s'y retrouver avec toute ses abréviations ; ce dossier va vous permettres de vous y retrouver et de choisir vos objectifs d'une façon plus cohérente.

Que ce soit à l’achat du boîtier, ou surtout après, il est difficile de s’y retrouver quand on s’intéresse à l’achat d’un objectif. Que veulent dire toutes les caractéristiques techniques, quel est le meilleur considérant votre budget, quel type d’objectif vous faut-il, c’est quoi une focale fixe, etc… ? Bref, vous avez des milliers de questions, auxquelles je vais m’efforcer de répondre dans cet article.

En effet, c’est le moment idéal pour moi : deux amis m’ont demandé conseil concernant du matériel la semaine dernière, et j’ai moi-même acheté une nouvelle optique (dont je reparlerai sans doute en détails quand j’aurai eu le loisir de m’amuser avec).

Avant tout, je ne tiens pas à ce qu’on pense que je me contredis : je pense toujours que l’achat de matériel ne doit pas être votre priorité. Si vous avez un problème avec vos photos (manque de netteté, couleurs, peu importe), c’est plus probablement un problème avec vous plutôt qu’avec le matériel 

 

Pleindobjectif

Or, vu le nombre d’objectifs existants, il est un peu compliqué de s’y retrouver dans cette jungle. Commençons par une petite précision qui paraît évidente mais qui peut être utile : vous ne pouvez évidemment pas monter un objectif Canon sur un boîtier Nikon, ou l’inverse.

Par contre, il existe deux marques tierces (Sigma et Tamron) dont les objectifs sont disponibles en une version pour quasi chaque marque existante.

Voyons maintenant un à un les différents paramètres à prendre en compte :

Longueur focale

C’est en général la première info qui saute aux yeux en lisant la description d’une optique : la longueur focale s’exprime en mm, par exemple 50 mm ou 18-105mm. Ce chiffre vous indique à quel point votre sujet va être agrandi (ou réduit) par rapport à votre vision quand vous allez le photographier. Cette longueur focale permet de définir des catégories d’objectifs :

  • Standard : Ici ce mot signifie que ce que vous verrez dans l’objectif correspond à peu près à ce que vous voyez avec vos yeux. Pour des raisons techniques que je n’expliquerai pas, la focale correspondant à l’œil humain est d’environ 50 mm pour un appareil argentique ou un capteur plein format (deux boîtiers que vous n’avez sans doute pas), et 35 mm pour un réflex d’entrée ou de milieu de gamme (capteur APS-C). Ce qui fait qu’on classe dans cette catégorie tous les objectifs dont la focale s’étale de 35 à 85 mm environ.Ce type de focale est en général idéal pour du portrait ou des photos « d’un peu tout ». D’ailleurs l’objectif du kit est en général un 18-55 mm, ce qui couvre cette catégorie et même un peu de la suivante, afin que vous puissiez photographier votre lieu de vacances ou votre maman 
  • Grand angle : Cette catégorie porte ce nom car ce que vous voyez dans l’objectif est plus large que ce que vous voyez avec l’œil humain. On y classe les optiques de 28 mm ou moins en général. Ce type d’objectif sert beaucoup pour des photographies de paysages où l’on souhaite capturer le plus possible de la scène qui s’offre à nous. Comme en général on se rapproche de son sujet à ces focales, l’impression de profondeur des images augmente, et les déformations dues à la perspective aussi.Il existe également des objectifs très grand angle qui déforment beaucoup l’image qu’on appelle «fish-eye  », en référence aux yeux des poissons qui sont tout rond et voient n’importe comment 
  • comment  Mais ce sont des optiques très particulières qui ne sont en général pas la priorité du photographe.
  • Téléobjectif : Concernant tout ce qui se trouve au-dessus de 100 mm (au-dessus de 300 on appelle ça des super-téléobjectifs), ce type d’optique sert à avoir un sujet de grande taille dans le cadre bien qu’ils soit loin. Autrement dit on l’utilise pour des photos de sport et des photos animalières, voire pour du portrait pour les petits téléobjectifs autour de 100 mm.

3 objectifs

De gauche à droite : un grand-angle (10-22mm), un standard avec un peu de grand-angle (15-85mm) et un téléobjectif (100-300mm)

J’espère que ces 3 catégories très simples vous éclairent déjà un peu. Parlons tout de suite de 2 points en étroite relation avec la longueur focale.

Distance minimale de mise au point

A une même focale, mettons 50 mm, une fourmi n’aura pas la même taille sur la photo si vous êtes à 50 cm d’elle ou à 5 cm, ça paraît évident. C’est là qu’intervient la distance minimale de mise au point : seuls les objectifs macro permettent de mettre au point à une très courte distance, et donc d’obtenir des clichés plein cadre de… fourmis. Donc un objectif est macro s’il a cette caractéristique, qui n’a donc rien à voir avec la longueur focale : il existe des objectifs macro de 50 ou de 200 mm.

Imagesmacro

Avec une très faible distance de mise au point (ici sur l’objectif macro Tamron 90mm f/2.8), on peut faire de très gros plans.

Zoom ou focale fixe ?

Pour faire simple : un zoom a une longueur focale qui peut changer, une focale fixe, et bien… est fixe. Vous allez me dire : «Mais c’est nul les focales fixes, il faut marcher au lieu de zoomer !». Bande de fainéants !  Je vais généraliser un peu évidemment, car il y a des bonnes et des mauvaises optiques dans les deux catégories, mais voyons leurs avantages :

Avantages des focales fixes

  • Qualité : Les zooms ce sont considérablement améliorés, mais à budget équivalent, une focale fixe produit des images plus nettes et précises, avec plus de piqué que les zooms. Ne partez pas de ce préjugé systématiquement, mais c’est une règle qui se vérifie bien en général.
  • Prix : Les focales fixes sont moins chères d’une manière générale, ce qui paraît logique puisqu’elles sont d’une construction plus simple (elles ne zooment pas notamment). Il existe évidemment des focales fixes extrêmement chères, mais uniquement dans les gammes professionnelles. Les 50 mm d’entrée de gamme sont connues pour être extrêmement peu chères et pourtant d’une grande qualité optique.
  • Poids : Toujours car elles sont d’une conception plus simple, les focales fixes sont plus légères. Ce qui n’est pas négligeable au bout d’une journée de marche ou en partant en voyage.
  • Ouverture maximale : Elles ont en général une plus grande ouverture maximale que les zooms, mais nous reparlerons de ce point plus loin.
  • Créativité : C’est sans doute plus personnel et un peu moins objectif, mais en vous forçant à vous déplacer pour cadrer correctement, une focale fixe vous oblige à vous montrer créatif et à trouver d’autres angles de vue.

50mm f 1 8

Le Canon EF 50mm f/1.8, focale fixe extrêmement abordable et d’une grande qualité optique.

Avantage des zooms

  • Versatilité : Les zooms couvrant une plus grande plage focale, ils permettent de réaliser des photos de plusieurs types différents. Selon les objectifs que vous emmenez dans votre sac, ils peuvent même être un avantage en termes de poids et de coût.
  • Flexibilité : Selon la plage focale qu’il couvre, un zoom peut vous offrir la possibilité de photographier à une focale grand-angle, standard et en téléobjectif avec la même optique ! Je pense par exemple aux « transtandards » de type 18-200mm.

 

L’article peut déjà vous paraître long, mais il y a beaucoup de facteurs à prendre en compte, et on est en train de parler de la façon dont vous allez dépenser votre prochaine prime de Noël. Et bien préparer votre achat pourrait vous faire économiser quelques deniers. Mais ne vous inquiétez pas, le reste sera plus court ! 

Ouverture maximale

Tout d’abord, si vous ne savez pas encore ce que c’est ou si vous avez besoin d’un rappel, allez lire l’article sur l’ouverture focale tout d’abord. L’ouverture maximale de l’objectif est désignée par une valeur en f/nombre, qui détermine à quel point peut s’ouvrir le diaphragme de l’objectif. Autrement dit, plus cette ouverture maximale est importante (et donc plus le f est petit, rappelez-vous), plus :

  • vous pourrez prendre des photos en basse lumière sans trop diminuer votre vitesse d’obturation, augmenter la sensibilité ISO ou utiliser un flash
  • vous obtiendrez une profondeur de champ réduite

La profondeur de champ est très intéressante d’un point de vue créatif, et je peux vous dire que tant que vous n’avez pas pris de photo en dessous de f/2, vous ne savez pas réellement ce qu’est la profondeur de champ 

Mais le fait de pouvoir prendre des photos en basse lumière est un grand avantage à ne pas négliger ! C’est pour cela qu’on appelle ces optiques avec une grande ouverture maximale des optiques « lumineuses » (elles laissent entrer plus de lumière) ou « rapides » (elles permettent d’utiliser des vitesses d’obturation plus importantes).

Notez que ces avantages augmentent en général pas mal le prix de l’objectif, en particulier pour les zooms et/ou les longueurs focales importantes.
Cette ouverture maximale est indiquée après la focale. Trois exemples pour bien comprendre :

  • 50mm f/1.8 signifie que cette focale fixe de 50mm peut s’ouvrir au maximum à f/1.8
  • 18-55mm f/3.5-5.6 signifie que ce zoom peut s’ouvrir au maximum à f/3.5 à 18mm et à f/5.6 à 55mm
  • 28-70mm f/2.8 signifie que ce zoom de 28 à 70mm peut s’ouvrir au maximum à f/2.8 quelque soit la focale

 

L’ouverture maximale dont vous avez besoin dépend des situations dans lesquelles vous photographiez :

  • En intérieur, particulièrement dans des contextes peu lumineux (je pense aux concerts), vous aurez besoin d’une ouverture de f/2.8 ou plus.
  • Pour les jours couverts, surtout dans des conditions où vous devez utiliser une vitesse d’obturation rapide, vous pouvez vous contenter de f/3.5 ou plus rapide.
  • Enfin en plein soleil, n’importe quelle ouverture conviendra.

A ce niveau, vous avez en main les deux principaux éléments qui mènent à choisir un objectif : la longueur focale et l’ouverture maximale. Voyons maintenant les détails.

Stabilisation

La stabilisation évite le flou de bougé (quand votre appareil n’est pas stable), et donc n’est pas utile si vous utilisez un trépied par exemple. Ceci est particulièrement utile si vous utilisez une grande longueur focale, qui est plus sujette au flou de bougé.

Cette technologie permet également de réduire un peu votre vitesse d’obturation de deux crans (voire plus) sans avoir de problème de flou, ce qui peut être utile dans des situations où la lumière est faible.

La stabilisation n’est pas anodine, j’ai d’ailleurs récemment déconseillé à un ami un achat à cause de ça : une offre alléchante avec un 18-55mm dont la version sans stabilisation a une mauvaise réputation, et un 75-300 avec lequel il n’aurait pu faire de photos nettes qu’en conditions de lumière idéales (qui n’arrivent jamais quand on en a besoin, évidemment).

Marque

Il existe de mauvais objectifs de la marque de votre appareil, et de bons chez les marques tierces telles que Sigma  et Tamron  . Et inversement. Mon principe est simple : je cherche un objectif de la marque de mon appareil (Canon en l’occurrence). Si jamais je ne trouve pas mon bonheur, je cherche chez les marques tierces.

Pour certains modèles, on peut préférer se tourner vers les marques tierces tant les différences de qualité sont minimes et celles de prix importantes. A vous de voir s’il y a une économie substantielle à faire en lisant les tests sur internet.

Budget

C’est évidemment la plus grosse contrainte pour beaucoup d’entre nous. Je ne vais pas vous mentir : en général on en a pour son argent, et un objectif peu cher est en général moins bon qu’un de la gamme supérieure, ça paraît logique. Mais ce qui est important est le prix relatif ! Prenons un exemple : un 50mm f/1.8  coûte une centaine d’euros, et pourtant c’est une optique avec une grande ouverture maximale et un excellent piqué. Il est très abordable car il ne zoome pas, est d’une conception très simple, et fabriqué dans des matériaux peu chers. Et il existe deux objectifs du même type dans la gamme, tous deux des 50mm (focale fixe), mais qui ouvrent à f/1.4 et f/1.2, et coûtent respectivement 4 fois et 15 fois plus chers.

 

Conclusion

Résumons un peu. Selon vos besoins, vous devez déterminer :

  • la longueur focale qu’il vous faut : grand-angle, standard, téléobjectif
  • si elle doit être flexible (zoom) ou si ce n’est pas indispensable (focale fixe)
  • si vous avez besoin d’une mise au point proche (pour de la macro), ou non
  • si vous avez besoin d’une grande ouverture maximale, autrement dit si vous photographiez en basse lumière ou non

A ce stade, vous pouvez déterminer 2 ou 3 objectifs qui conviennent selon votre budget, ou décider de continuer d’économiser  (je ne rigole pas, ça peut être une option). Lisez des tests sur ces objectifs sur des sites spécialisés en faisant une recherche Google, et éventuellement quelques retours d’utilisateurs sur des forums. Et normalement, vous devriez arriver à faire un choix !

----------------------------------------------------------------------------

Objectifs : lexique et abréviations

Facteur de conversion : facteur permettant de calculer la focale équivalente à partir de la focale réelle d'un objectif, pour un appareil donné. Dépend de la diagonale du capteur.

Focale : distance séparant le centre optique d'un objectif de l'image d'un sujet situé à une distance infinie. Avec la taille du capteur, elle détermine le champ couvert (grand angle, téléobjectif).

La focale équivalente est la focale qui, sur un appareil 24x36, couvre le même champ que le couple focale/taille de capteur considéré. En-deçà de 50 mm, on parle de grand angle ; au-delà, de téléobjectif. Les focales à portrait tournent autour de 80 mm.

Gamme professionnelle : la plupart des fabricants disposent d'objectifs d'entrée de gamme, appréciés pour leur rapport qualité-prix... voire pour leur prix tout court, et d'objectifs de haute qualité constituant une gamme professionnelle (en pratique assez souvent utilisée par des amateurs exigeants).

Objectifs Canon L, Pentax *, Sigma EX, Tamron XR

Lentilles asphériques : lentilles dont la forme est spécialement calculée pour corriger les aberrations sphériques.

Objectifs Canon DO, Nikkor ED, Sony AD, Pentax ED, Zuiko (Olympus) ED, Sigma ASP, Tamron Asph

Macrophotographie : photographie réalisée avec un rapport de reproduction élevé (théoriquement 1:1 ou plus). En pratique, la mention "Macro" est souvent appliquée sur des objectifs n'atteignant qu'un rapport de l'ordre de 1:2.

Elle permet donc d'obtenir une grande image d'un petit objet.

Mise au point : sélection d'un plan de netteté. Tout ce qui est dans ce plan est net, tout ce qui se situe plus près ou plus loin sera plus ou moins flou (avec une zone de "netteté acceptable" appelée profondeur de champ).

Motorisation ultrasonique : technologie de mise au point utilisant, au lieu d'un moteur électrique classique (situé dans l'objectif Canon EF ou Nikon AF-I ou dans le boîtier des autres appareils), la vibration à haute fréquence d'un élément piézo-électrique. Un peu plus rapide, notamment sur les gros téléobjectifs, elle est surtout parfaitement silencieuse et l'on peut bloquer la bague de mise au point sans risquer d'endommager le moteur.

Objectifs Canon USM, Nikon SWM, Sony SSM, Pentax SDM, Sigma HSM

Optimisation pour le numérique : expression regroupant deux types de technologies.

Premièrement, un traitement anti-reflet des lentilles côté appareil, afin d'améliorer l'image sur les capteurs électroniques. Peu cher, il s'est généralisé.

Objectifs Pentax D-FA, Sigma DG, Tamron Di

Deuxièmement, des objectifs plus compacts et moins chers, spécialement étudiés pour les petits capteurs (format APS ou plus petits) des appareils numériques.

Objectifs Canon EF-S, Nikon DX, Sony DT, Pentax DA, Sigma DC, Tamron Di-II

Ouverture : rapport entre le diamètre du diaphragme et la longueur focale. Détermine d'une part la quantité de lumière qui entre dans l'objectif (et donc la luminosité de l'exposition), d'autre part la profondeur de champ.

Notée f/quelque chose, l'ouverture diminue quand le nombre f/ augmente (une ouverture de f/16 est plus faible qu'une ouverture de f/5,6).

Standardisée selon l'échelle logarithmique : f/1, f/1,4, f/2, f/2,8, f/4, f/5,6, f/8, f/11, f/16, f/22 etc... D'un pas à l'autre, on perd une EV (il rentre deux fois moins de lumière dans l'objectif).

Profondeur de champ : zone de netteté acceptable, en avant et en arrière du plan de mise au point. Désigne une plage de distances dans laquelle des sujets paraîtront nets. Elle diminue avec l'augmentation de focale réelle de l'objectif ou de l'ouverture (diminution du nombre f/).

Typiquement, on cherche à réduire la profondeur de champ (en augmentant la focale et en utilisant une large ouverture, typiquement f/2,8 ou moins) lorsque l'on veut faire ressortir un sujet en noyant l'arrière-plan dans le flou, comme en portrait. On cherche à l'augmenter (en diminuant la focale ou en fermant le diaphragme, typiquement à f/11 ou plus) lorsque l'on veut avoir une netteté parfaite du premier plan jusqu'à l'horizon, comme en photo de paysages.

À cadrage égal, c'est la principale différence entre une photo prise avec un compact et une photo prise avec un reflex : le compact utilisant une focale réelle beaucoup plus courte (en raison de son capteur miniature), la profondeur de champ est beaucoup plus grande.

Rapport de reproduction : rapport entre la taille du sujet et celle de son image projetée par l'objectif. Avec un objectif macro autorisant un rapport de 1:1, un objet de un centimètre aura une image de un centimètre sur le capteur ; avec un rapport de 1:2, le même objet aura une image de cinq millimètres.

Le rapport de reproduction augmente lorsque la focale réelle augmente et lorsque la distance de mise au point diminue.

Verre apochromatique : verres incorporant des terres rares afin de réduire les aberrations chromatiques (franges pourpres, rouges ou vertes).

Objectifs Canon UD, Nikkor ED, Sony AD, Pentax ED, Zuiko (Olympus) ED, Sigma APO et SLD, Tamron AD.

 

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire